string(18) "services_expertise"

Retour

Neurofeedback

Enfant et adolescent, Adulte, Senior, Athlète, Métier ou profession à stress élevé

Les neurosciences démontrent de plus en plus le rôle du cerveau dans une panoplie de problématiques tant cognitives, psychologiques et physiques. Ces études démontrent également qu’il a la capacité de se réorganiser (neuroplasticité) si nous lui en donnons les moyens. Le neurofeedback est un des meilleurs outils pour y parvenir.

Le neurofeedback est un entraînement cérébral ayant pour but d’optimiser le fonctionnement de votre cerveau. Grâce à des capteurs placés sur votre tête, l’activité électrique produite par votre cerveau est enregistrée en temps réel. Celle-ci est associée à une musique ou une animation. Lorsque le cerveau semble ne pas fonctionner de façon souhaité ou efficace, une rétroaction (feedback) lui est donnée par l’arrêt du son ou de l’image. Au fil des séances, grâce à la répétition, le cerveau se réorganise. Et comme pour un entraînement physique, il faut prévoir suffisamment de séances pour créer des changements durables.

Types de neurofeedback

Il existe plusieurs systèmes de neurofeedback sur le marché. Chacun a son utilité et son mode de fonctionnement. Soucieuse de vous offrir des solutions adaptées, NeuroPotentia a choisi d’offrir à sa clientèle plusieurs options de neurofeedback. Nous sommes l’une des rares cliniques au Québec à le faire.

C’est lors de l’évaluation que nous serons en mesure de déterminer quel type de neurofeedback peut vous convenir. Contactez-nous pour vous informer sur les différentes sortes de neurofeedback disponibles à la clinique. Nos experts se feront un plaisir de vous renseigner.

Pourquoi s’entraîner en neurofeedback ?

Prévention : Nous sollicitons notre cerveau quotidiennement et encore plus avec l’augmentation des technologies dans nos vies. Le stress, de plus en plus présent, a aussi un impact majeur sur celui-ci. Le neurofeedback aide donc le cerveau à récupérer et à éviter, autant que possible, un dérèglement causant des symptômes divers.

Soulagement de symptômes : Lorsque le cerveau et le système nerveux central commencent à moins bien fonctionner, il en résulte divers symptômes ou problématiques. L’entraînement en neurofeedback peut aider notamment dans les cas suivants :

  • Anxiété et stress
  • Inattention
  • Hyperactivité
  • TDAH
  • Traumatisme crânien (commotion)
  • Trouble du sommeil
  • Maux de tête et migraine
  • Douleurs chroniques
  • État de stress post-traumatique
  • Rigidité mentale
  • Trouble de la mémoire
  • Difficulté de concentration
  • Irritabilité
  • Dépression
  • Fatigue
  • Alzheimer
  • Parkinson

Amélioration de la performance : De plus en plus d’athlètes internationaux s’entraînent en neurofeedback afin d’améliorer leur performance. Combiné à une approche globale, les résultats sont excellents. Voici quelques bienfaits : meilleure concentration tout en étant détendu, meilleure gestion des émotions et clarté d’esprit, entrer dans le flow plus facilement.

D’autres types de performance peuvent être améliorés. Que vous soyez un gestionnaire qui doit prendre des décisions complexes ou un artiste à la recherche d’une créativité accrue, une optimisation cérébrale peut vous aider.

Témoignages

Reportage de  TVA (2017/03/03):   Neurofeeback: Une bonne façon de lutter contre le TDAH?

Une jeune fille et son papa parlent de leurs expériences et des bénéfices du neurofeedback.

Ce reportage présente de façon simple en quoi consiste le neurofeedback. On peut également y voir un  exemple de séance de neurofeedback.

http://www.tvanouvelles.ca/2017/03/03/neurofeedback-une-bonne-solution-pour-lutter-contre-le-tdah

 

F.A.Q. en neurofeedback

Est-ce que le neurofeedback est un traitement ?

Non. Il s’agit d’un entraînement cérébral avec comme objectif une meilleure régulation du cerveau. Le neurofeedback est un fabuleux outil qui peut aider dans plusieurs situations. Pour des résultats optimaux, il est toujours préférable de l’inclure dans un plan d’intervention plus global.

Comme puis-je m’assurer que mon praticien en Neurofeedback est qualifié ?

Les critères les plus rigoureux de certification pour le neurofeedback sont ceux de la Biofeedback Certification International Alliance (www.bcia.org). Une des façons de vous assurer de ses qualifications est donc de vérifier s’il est accrédité par cet organisme. Chez NeuroPotentia, Marysol Lemoyne, psychologue et directrice clinique est membre du BCIA depuis 2010. D’autres membres de l’équipe sont actuellement en cours de certification.

Mon enfant prend un psycho-stimulant pour son TDAH, devra-t-il arrêter sa médication pour s’entraîner en neurofeedback ?

Non. C’est au médecin traitant que revient les décisions en lien avec la médication. Par contre, il peut être facilitant de travailler de concert avec celui-ci afin de l’informer des progrès. En effet, au fil des séances, il arrive souvent qu’un ajustement de la médication peut être indiqué.

Est-ce que le neurofeedback permettra à mon enfant de cesser définitivement son psycho-stimulant ?

L’objectif recherché est une meilleure régulation du système nerveux central (cerveau). Dans certains cas, des enfants, avec la supervision du médecin traitant, pourront arrêter graduellement leur médication. Pour d’autres, ils pourront diminuer leur dose, ce qui permettra de diminuer les effets secondaires de leur médication au niveau de la faim, le sommeil et la croissance. Enfin, pour certains, le dosage de la médication pourrait ne pas changer mais ses effets seront optimisés en diminuant les symptômes résiduels.

Est-ce que les effets du neurofeedback sont permanents ?

De plus en plus d’études visent à évaluer les effets à long-terme du neurofeedback et leurs résultats jusqu’à présent sont très positives. Lorsque le nombre de séances est suffisamment important, les apprentissages que le cerveau a fait restent. C’est comme apprendre à faire de la bicyclette. Si vous n’en faites pas pendant des années, vous pourrez être un peu rouillé, mais assez vite vous aurez retrouvé votre aisance.

Est-ce qu’après un protocole de neurofeedback, d’autres séances seront nécessaires ?

Bien que les apprentissages que le cerveau effectuent restent, différents facteurs peuvent venir l’affecter et faire en sorte qu’il a besoin d’un petit coup de pouce à l’occasion. Des séances d’appoint ou préventives peuvent être utiles. C’est comme quelqu’un qui va se faire masser à chaque 6 semaines pour éviter que les tensions s’accumulent.

Est-ce que le neurofeedback peut causer des effets secondaires ?

Lorsque supervisé par un professionnel qualifié, les effets secondaires sont généralement faibles et transitoires.

Est-ce que le neurofeedback fonctionne à tout coup ?

Pour la majorité des cas, des améliorations sont visibles. Elles sont d’autant plus importantes lorsque le neurofeedback s’inscrit dans un plan d’intervention global. Il peut toutefois arriver, dans certains cas, que les changements souhaités ne surviennent pas au bout de plusieurs séances. Si tel devait être le cas, nous discuterons avec vous des autres options envisageables le plus rapidement possible.

Recherche scientifique

Depuis plusieurs années, le neurofeedback fait l’objet d’une grande attention par la communauté scientifique. Un des principaux champs d’étude est en lien avec le TDAH. En 2013, l’AAP (American Academy of Pediatrics) a d’ailleurs classé le neurofeedback comme un traitement de niveau 1 pour le TDAH, soit le plus haut niveau d’efficacité possible. Selon ce classement, le neurofeedback se compare donc aux psychostimulants, sans avoir toutefois ses effets secondaires indésirables.

Articles scientifiques

Pour en apprendre davantage, nous vous présentons quelques articles publiés sur le neurofeedback. Elles ont été puisées du site de notre collaborateur, Dr Vincent Paquette de l’institut psychoneuro (institutpsychoneuro.com) :

Pour une recension plus complète d’études sur le neurofeedback répertoriées en fonction des problématiques, consultez : http://noviancounseling.wixsite.com/bibliography

Associations

Autres que l’AAP, plusieurs associations internationales de recherches s’intéressent au neurofeedback :

Parmi ces associations, l’ISNR présente une courte vidéo d’introduction au neurofeedback en anglais. Si vous voulez la visionner, appuyez sur ce lien: http://www.isnr.org/neurofeedback-introduction

Ordre des psychologues

L’Ordre des psychologues du Québec a également publié récemment un avis favorable sur le biofeedback et le neurofeedback à l’attention de l’Office des professions du Québec.  Pour en prendre connaissance : https://www.ordrepsy.qc.ca/documents/…

Revues spécialisées en neurofeedback et biofeedback

  • Journal of Neurotherapy
    Revue officielle de l’International Society of Neurofeedback and Research (ISNR)
  • Applied Psychophysiology and Biofeedback (1997-aujourd’hui)
    Biofeedback and Self-Regulation (1976 à 1996)
    Revue officielle de l’Association for Applied Psychophysiology and Biofeedback (AAPB)

Livres de référence en neurofeedback :

  • Thatcher, Robert W. and Lubar, Joel F. (2015). Z Score Neurofeedback. Clinical applications.
  • Swingle, Paul G (2015). Adding Neurotherapy to Your Practice: Clinician’s Guide to the ClinicalQ, Neurofeedback, and Braindriving.
  • Kirk, Hanno W. (2015). Restoring the Brain: Neurofeedback as an Integrative Approach to Health.
  • Fisher, Sebern F. (2014). Neurofeedback in the Treatment of Developmental Trauma: Calming The Fear-driven Brain.
  • Thatcher, Robert W. and Lubar,Joel F. (2014). Z Score Neurofeedback: Clinical Applications.
  • Esty, Mary Lee and Shifflett ,C. M. (2014). Conquering Concussion: Healing TBI Symptoms with Neurofeedback and Without Drugs.
  • Chapin, Theodore J. and Russell-Chapin, Lori A. (2013). Neurotherapy and Neurofeedback: Brain-Based Treatment for Psychological and Behavioral Problems.
  • Collura, Thomas F. (2013). Technical Foundations of Neurofeedback.
  • Enneis, Lisa and Lauer, Teresa (2013). Autism, ADHD & Neurofeedback: 6 Powerful Strategies To Increase Your Child’s Peak Performance.
  • Larsen, Stephen (2012). The Neurofeedback Solution: How to Treat Autism, ADHD, Anxiety, Brain Injury, Stroke, PTSD, and More.
  • Soutar, Richard and Longo, Robert (2011) Doing Neurofeedback: An Introduction.
  • Edmonds W. Alex, and Tenenbaum, Gershon (2011). Case Studies in Applied Psychophysiology: Neurofeedback and Biofeedback Treatments for Advances in Human Performance.
  • Coben, Robert and Evans, James R. (2010). Neurofeedback and Neuromodulation Techniques and Applications.
  • Den Bergh, Werner Van and Clark, Stephanie (2010). Neurofeedback and State Regulation in ADHD: A Therapy Without Medication.
  • Hill, Robert W. and Castro, Eduardo (2009). Healing Young Brains: The Neurofeedback Solution.
  • Budzynski, Thomas H. and Budzynski, Helen Kogan (2008). Introduction to Quantitative EEG and Neurofeedback: Advanced Theory and Applications.
  • Larsen ,Stephen and Hartmann, Thom (2006). The Healing Power Of Neurofeedback.
  • Evans, James R. (2006). Handbook of Neurofeedback: Dynamics and Clinical Applications. The Haworth Press.
  • Demos, J.N. (2005). Getting started with neurofeedback. New York : W.W. Norton & Company.
  • Thompson, Michael & Thompson, Linda (2003). The neurofeedback book. Wheat Ridge, CO: Association for Applied Psychophysiology and Biofeedback.
  • Rowan, A. James, Tolunsky, Eugene (2003). Primer of EEG: With A Mini-Atlas. Butterworth-Heinemann.
    Eduarda Castro & Robert W. Hill (2002). Getting Rid of Ritalin: How Neurofeedback Can Successfully Treat Attention Deficit Disorder Without Drugs. Hampton Roads Publishing Company.
    Evans, James R., Abarbanel, Andrew (1999). Introduction to Quantitative EEG and Neurofeedback. Academic Press.
  • Schwartz, M.S., & Adrasik, F. (2003). Biofeedback : A practioner’s guide (3rd edition). New York: The Guilford Press.

Reçus pour les assurances et les impôts

Retour