string(17) "problematique_cle"

Retour

Problème et trouble de la mémoire

Vous constatez qu’un de vos proches vous pose souvent les mêmes questions et qu’il vous répète souvent les mêmes anecdotes au cours de la journée. Vous avez même parfois l’impression qu’il ne vous écoute pas. Une partie de vous suspecte des problèmes de mémoire, mais vous essayez de ne pas y penser. Vous essayez de vous convaincre que c’est normal, que ça fait partie de la vie. Pourtant vous avez peur, peur que votre proche oublie de plus en plus…

Faites évaluez votre mémoire à Québec

Vous remarquez que vous devez noter sur papier plus souvent qu’auparavant ce que vous avez à faire dans une journée pour être certain(e) de ne pas oublier. Suivre une conversation vous demande maintenant beaucoup plus d’effort, et même vous fatigue. Vous sentez que vous avez de la difficulté à vous souvenir de ce qui vous a été dit. Vous avez peut-être même l’impression d’avoir souvent le mot sur le bout de la langue sans être capable de le prononcer. Vous oubliez souvent des mots ou des noms de personnes…

Que ce soit vous ou votre proche, il n’en demeure pas moins que vous êtes inquiet. Vous connaissez, de près ou de loin, quelqu’un aux prises avec des problèmes de mémoire, et vous en avez peur, car ça vous dépasse. C’est difficile pour vous d’y faire face. Vous vous demandez si c’est normal, si c’est temporaire. C’est devenu pour vous une grande source d’inquiétude…

Les problèmes de mémoire peuvent toucher tout le monde. Il est toujours préférable d’agir en prévention, car cela permet par exemple de changer ses habitudes, de stimuler ses fonctions cognitives de façon à maintenir sa mémoire.

Les problèmes de mémoire touchent beaucoup de gens

On associe souvent les problèmes de mémoire au vieillissement. Il est vrai que plus nous avançons en âge, plus nous sommes à risque de manifester des problèmes de mémoire. Par exemple, environ 40% des gens de plus de 65 ans éprouvent une forme quelconque de perte de mémoire (Société Alzheimer, 2016). Par contre, la mémoire peut être affectée par plusieurs autres facteurs. En fait, les difficultés de mémoire peuvent accompagner une condition médicale, telles que la dépression, l’anxiété, le trouble déficitaire de l’attention, la consommation d’alcool ou de drogues, l’insomnie, etc. (Crook et al., 1986).

Évaluation de l’Alzheimer à Québec

Les problèmes de mémoire peuvent se situer à plusieurs niveaux. Une personne peut avoir de la difficulté à mémoriser de nouvelles informations. Ainsi, comme on peut le voir dans la maladie d’Alzheimer à un stade plus léger, la personne peut maintenir une courte conversation, mais oubliera la majorité des éléments qui ont été dit. Ainsi, les gens de son entourage auront malheureusement l’impression que cette personne ne les écoute pas. Par ailleurs, une autre personne pourrait avoir de la difficulté à garder en mémoire ses anciens souvenirs. Ainsi, petit à petit, quelqu’un peut oublier graduellement son enfance, son adolescence, et même plus. On comprend donc pourquoi les difficultés de mémoire peuvent être extrêmement difficiles et même paniquantes pour quelqu’un qui en souffre (Tulving & Thomson, 1973).

Traitement de la mémoire à Québec

Les difficultés au plan de la mémoire ne sont pas à négliger. Elles sont un signe que quelque chose se passe dans le cerveau, ce qui peut être normal ou pas. Ainsi, lorsque les difficultés de mémoire arrivent de façon graduelle ou spontanée, et qu’elles sont inquiétantes, il est important de consulter un professionnel de la santé pour déterminer si les difficultés font partie du vieillissement normal ou non. Dans les cas où les difficultés ne sont pas attribuables au vieillissement normal, on doit établir les causes afin de planifier une intervention (Burke & Light, 1981). Si elles sont attribuables au vieillissement normal, par des interventions ciblées, il est possible de limiter les impacts et d’intervenir pour, à tout le moins, maintenir si ce n’est d’améliorer nos capacités cognitives. Ainsi, on parle d’un vieillissement réussi quand la personne est bien engagée et active dans la vie, que ses fonctions mentales et physiques sont optimales, et qu’il y a un faible risque de maladie ou de problèmes de santé (Rowe & Kahn, 1987). Nos services visent à favoriser un vieillissement réussi.

L’approche de notre clinique : évaluation et traitement problème de mémoire à Québec

Ainsi, à la Clinique NeuroPotentia, voici ce que l’on peut vous offrir pour évaluer vos difficultés de mémoire :

  • Consultation d’une heure avec un neuropsychologue : une telle rencontre est utile lorsque vous avez des questionnements en lien avec votre mémoire, votre concentration. Le neuropsychologue peut voir avec vous si vos inquiétudes sont liées à un vieillissement normal ou non. Il peut aussi répondre à vos questions et vous fournir des informations utiles sur la mémoire. Il peut vous recommander certains outils ou exercices pour préserver vos capacités cognitives. Enfin, il peut vous guider sur la nécessité d’investiguer de façon plus approfondie.
  • Dépistage de trouble cognitif ou de la mémoire (5 heures) : il permet de donner des indications assez précises à savoir s’il y a présence ou non d’un trouble cognitif même léger. Il permet d’avoir une mesure qui peut être répétée dans le temps afin de voir s’il y a stabilité ou progression
  • Évaluation en neuropsychologie (avec ou sans EEGQ) : pour une évaluation approfondie de votre mémoire et autres fonctions cognitives. Elle permet d’avoir des mesures précises pour bien comprendre ce qui se passe. Nous pouvons également associés une évaluation de votre activité cérébrale en plus des tests standards ce qui donne une richesse au résultat unique à Québec. et pour vous proposer des stratégies pour l’accroître ou la maintenir, etc. Un plan d’intervention découle de cette évaluation.
  • Évaluation EEGQ : pour identifier les zones de votre cerveau potentiellement en lien avec vos problèmes de mémoire, en vue de peut-être entreprendre un entraînement de neurofeedback
  • Approche globale : sachant que vos habitudes de vie peuvent aider ou nuire à votre mémoire, nous pouvons investiguer avec vous les aspects plus problématiques, et les aspects à conserver, etc.

Suite à l’évaluation, nous pourrons vous proposer un plan d’intervention personnalisé en vue d’optimiser votre cerveau et de limiter l’impact de vos problèmes de mémoire.

Les études démontrent que les meilleures façons de préserver ses fonctions cognitives consistent souvent à une combinaison des éléments suivants : stimulation cognitive, alimentation, exercice physique et réseau social. Chez NeuroPotentia, nous pouvons vous aider à mettre en place plusieurs de ces facteurs clés d’un vieillissement réussi.

Stimulation cognitive et traitement des troubles de la mémoire

  • Exercices cognitifs : nos neuropsychologues peuvent vous accompagner à stimuler votre mémoire notamment à l’aide d’exercices et d’outils spécialisés comme la remédiation cognitive. Ces exercices peuvent être faits dans un but préventif ou curatif et peuvent vous aider à reprendre contrôle sur vos difficulté
  • Neurofeedback : l’une de nos expertises à la clinique est le neurofeedback. Il s’agit d’un entraînement cérébral qui vise à ce que votre cerveau fonctionne de façon optimale. L’objectif est de tenter de corriger certaines anormalités au niveau de votre cerveau, en vue d’avoir une influence au plan de votre mémoire (Nan et al., 2012).
  • Stratégies adaptatives : nos neuropsychologues vous aideront à développer des stratégies pour pallier à vos difficultés. Elles peuvent viser à mieux vous organiser et gérer votre vie au quotidien afin de préserver votre autonomie le plus longtemps possible.

Alimentation et exercice physique

  • Habitudes de vie : un suivi avec la naturopathe de la clinique pourrait vous être proposé si vous voulez adopter une alimentation plus saine ou un vie plus active ou avoir un meilleur sommeil. Ces éléments peuvent être en lien avec vos difficultés de mémoire (Walker & Stickgold, 2006).

Réseau social

  • Consultation en psychothérapie : ces rencontres peuvent vous aider à voir comment créer des liens plus riches et harmonieux. Elles permettent également de vous accompagner à bien vivre avec vos difficultés, car nous savons que les problèmes de mémoire peuvent apporter beaucoup de détresse chez les gens ou leurs proches, etc.

Trucs et astuces pour les troubles de la mémoire et l’alzheimer

Le fait de continuer à s’instruire ou à stimuler ses capacités mentales permet au cerveau de maintenir ses connexions neuronales (i.e. d’un neurone à un autre) et aide à en développer d’autres. Ceci protège des problèmes de mémoire et limite significativement leur impact. Comment stimuler son cerveau ? Par le biais d’exercices mentaux, tels que la lecture, les casse-têtes, l’apprentissage, la résolution de problème (Katz, 2014). Ainsi, s’assoir tranquillement dans son fauteuil avec un livre, jouer aux échecs avec son enfant ou ses petits-enfants, ou encore faire des sudokus, permet d’exercer son cerveau et de l’améliorer, limitant les dégâts causés par les pertes de mémoire. Vous pouvez donc vous aider, et pour cela, vous en avez la capacité !

Références sur les problèmes de la mémoire et l’alzheimer

Burke, D. M., & Light, L. L. (1981). Memory and aging: The role of retrieval processes. Psychological bulletin, 90(3), 513.

Crook, T., Bartus, R. T., Ferris, S. H., Whitehouse, P. J., Cohen, G. D., & Gershon, S. (1986). Age-Associated Memory Impairment. Developmental Neuropsychology, 2(4), 261-276.

Katz, L. (2014). Keep your brain alive: 83 Neurobic Exercises to help prevent memory loss and increase mental fitness. Workman Publishing.

Nan, W., Rodrigues, J. P., Ma, J., Qu, X., Wan, F., Mak, P. I., … & Rosa, A. (2012). Individual alpha neurofeedback training effect on short term memory. International journal of psychophysiology, 86(1), 83-87.

Rowe, J. W., & Kahn, R. L. (1987). Human aging: usual and successful. Science, 237(4811), 143-149.

Société Alzheimer (2016). Le vieillissement normal par rapport à la maladie d’Alzheimer. Répéré à http://www.alzheimer.ca/fr/ww/About-dementia/What-is-dementia/Normal-aging-vs-dementia

Tulving, E., & Thomson, D. M. (1973). Encoding specificity and retrieval processes in episodic memory. Psychological review, 80(5), 352.

Walker, M. P., & Stickgold, R. (2006). Sleep, memory, and plasticity. Annual review of psychology, 57, 139.

Retour