string(17) "problematique_cle"

Retour

TDA/H : évaluation et traitement

L’école vous a appelé pour vous rencontrer, car Justin est turbulent en classe et il dérange les autres. Vous en êtes à la troisième médication pour gérer le TDAH d’Annabelle, mais celle-ci lui coupe l’appétit et nuit à son sommeil et cela vous inquiète. Vous avez l’impression que vous ne retrouvez plus l’étincelle dans les yeux de votre enfant depuis qu’il a débuté sa médication ?

Vous avez beaucoup de difficulté à rester concentré à la tâche au travail. Vous êtes désorganisé et cela nuit à votre performance. Les adultes peuvent aussi souffrir de TDA/H ! Il est tout aussi important de le diagnostiquer et d’intervenir adéquatement. Les impacts peuvent être importants dans plusieurs sphères de vie.

Évaluation du TDAH à Québec

Le TDA/H touche entre 5 et 7% des enfants au Québec (APA, 2015). Devant le nombre grandissant d’enfants diagnostiqué, plusieurs de questionnent quant au possible surdiagnostic (faux positif) de ce trouble. En effet, les symptômes d’inattention notamment peuvent être le résultat de différentes problématiques comme l’anxiété, la dépression, la commotion cérébrale ou la douance.  Par exemple, un enfant anxieux peut mettre une partie de son attention sur ce qui le perturbe. Le réservoir attentionnel étant limité, il reste moins d’attention disponible pour écouter le professeur. La capacité à faire un diagnostic différentiel, donc de bien déterminer quel est le vrai problème à la base, prend alors toute son importance. En effet, c’est à partir du diagnostic qu’est établi le plan d’intervention. Et tout dépendant du diagnostic, le plan d’intervention sera très différent.

Autre exemple, il arrive aussi de plus en plus souvent qu’un enfant se retrouve avec plus d’un diagnostic comme anxiété et TDA/H. Quel plan de traitement choisir ? Si la médication est une option, un psychostimulant pourra améliorer les symptômes d’inattention, mais aggraver l’anxiété, alors qu’un anxiolytique pourrait créer l’effet inverse. Il devient alors crucial de comprendre l’origine du problème. Est-ce plus à la base une problématique d’anxiété ou un TDA/H ? Regarder ce que dit l’activité cérébrale d’un enfant peut être une avenue fort utile pour aider à répondre à cette question. L’outil qui permet d’évaluer l’activité cérébrale en temps réel est le EEGQ. Tout comme les tests neuropsychologiques, les résultats sont comparés à une base de données normatives (ex. personnes du même âge, du même sexe sans problématique particulière) afin d’établir une comparaison parlante. Bien que l’évaluation EEGQ ne permette pas de poser un diagnostic, elle peut nous aider à identifier si la personne tend vers un profil anxieux ou un profil associé au TDAH. De plus, l’évaluation EEGQ utilisée à l’intérieur d’une évaluation neuropsychologique permet au neuropsychologue d’arriver à une compréhension de la problématique beaucoup plus riche et précise.  Chez Neuropotentia, notre approche favorise les liens entre les symptômes et le fonctionnement du cerveau. Nous voulons assurer un portrait précis qui reflète bien la problématique du client.  Ce faisant, le plan d’intervention est alors plus ciblé.

Clinique de neuropsychologie de Québec

Nous sommes les seuls à Québec à offrir l’évaluation neuropsychologique incluant l’EEGQ. Si votre enfant ou vous-même croyez souffrir d’un TDAH, contactez-nous sans tarder. Nous sommes convaincus que nous pourrons vous aider à y voir plus clair. Nous offrons également l’évaluation EEGQ seule (faire le lien avec la page) ou l’évaluation neuropsychologique sans EEGQ.

En bref, Chez NeuroPotentia, voici ce que vous trouverez au niveau de l’évaluation TDA/H :

  • Évaluation neuropsychologique avec ou sans EEGQ : pour préciser le diagnostic, établir les fonctions cognitives les plus affectées, etc. Nous vous recommandons fortement la combinaison avec évaluation EEGQ pour une meilleure compréhension de la problématique. Vous aurez l’opportunité de voir en temps réel ce qui se passe dans votre cerveau, car l’EEGQ. C’est donc une mesure très tangible. Notre forfait permet de vous l’offrir à prix très compétitif.
  • Évaluation EEGQ seule : si vous ou votre enfant avez déjà eu un diagnostic de TDA/H, mais que vous vous questionnez à savoir ce que votre activité cérébrale aurait à vous apprendre de plus ou si vous souhaitez entreprendre un entraînement de neurofeedback. Nous serons à même de faire les liens avec votre rapport neuropsychologique déjà existant s’il y a lieu.
  • Évaluation globale. Bien que le TDA / H soit à la base un trouble neurologique, différents facteurs peuvent aggraver les symptômes. C’est pourquoi, dans notre évaluation, nous poserons des questions tant sur les habitudes de vie, les relations avec les personnes significatives ou l’environnement, l’alimentation, etc.

À la suite de l’évaluation, nous vous proposons un plan d’intervention adapté et individualisé qui visera en bonne partie à optimiser votre cerveau et c’est notre spécialité chez NeuroPotentia.

Ce qui peut vous être proposé au niveau de l’intervention pour le TDAH :

  • Le neurofeedback. Une de nos expertises à la clinique. Le neurofeedback est un entraînement cérébral qui vise à ce que votre cerveau fonctionne de façon plus optimale. Par exemple, lorsque vous avez à faire une tâche d’attention, votre cerveau doit se mettre dans un état de focus et le maintenir. Chez une personne souffrant de TDA/H, cela s’avère souvent difficile. Par l’entraînement en neurofeedback, vous apprendrez à vous mettre dans cet état plus aisément et plus longuement. Vous arriverez à mieux maîtriser votre cerveau. Nous vous offrons différents types de neurofeedback. Chaque type de neurofeedback a ses avantages et à la suite de notre évaluation, nous serons en mesure de vous proposer celui qui pourra le mieux répondre à vos besoins spécifiques. Nous sommes les seuls à Québec à offrir plusieurs types de neurofeedback. Fait intéressant : le Neurofeedback représente dans certains cas une alternative ou un complément à la médication au niveau du TDAH. Il pourrait notamment contribuer à abaisser la dose d’une médication permettant de diminuer les effets secondaires liés à celle-ci. À noter que toute modification de la médication doit être faite par votre médecin traitant. Nous prônons une approche de collaboration avec votre équipe soignante.
  • Autres interventions comme remédiation cognitive, brain gym, etc. Dans certains cas, d’autres interventions pourraient être plus appropriées ou complémentaires.

Bien qu’une meilleure régulation du cerveau est une étape clé, d’autres éléments peuvent également avoir un impact important sur la diminution des symptômes. C’est pourquoi nous offrons également les services suivants :

  • Interventions au niveau des habitudes de vie et de l’alimentation : si lors de l’évaluation, ces éléments avaient avantage à être améliorés, nous pourrons vous proposer un suivi avec la naturopathe de la clinique (faire le lien avec section naturopathie). Nous sommes en mesure de vous aider afin d’améliorer vos habitudes de vie de façon réaliste dans votre quotidien.
  • Coaching parental : Il n’est pas rare de constater que la période des devoirs ou de simples tâches quotidiennes comme s’habiller, ranger, se préparer pour l’école peut devenir source de conflits. Bien que souvent en en lien avec la problématique du TDAH, il y a des facteurs émotionnels qui s’ajoutent. S’y attarder permet fréquemment de changer une dynamique et d’alléger la situation familiale. Par du coaching parental et des interventions directes avec l’enfant, nous vous proposerons des stratégies afin d’aider à créer un climat harmonieux, facilitant et collaboratif au sein de votre famille.
  • Coaching de stratégies adaptatives pour adultes : Rencontres avec une de nos neuropsychologues pour bien comprendre le TDA/H et apprendre à mieux s’organiser et à gérer son temps. Le TDA/H ne se guérit pas, mais vous pouvez apprendre à bien le gérer. Souvent, cela fait une différence majeure.

Nous vous offrons également des programmes (lien à la section programme)qui regroupent un ensemble d’intervention pour une prise en charge plus soutenue. Nous offrons, par exemple, pour les enfants, le programme de Rentrée scolaire. Pour les adultes, nous offrons le programme en optimisation cérébrale.

C’est souvent une combinaison d’interventions sur différents éléments qui permet les plus beaux changements. De par notre expérience, les résultats sont alors excellents et la majorité des gens constatent des différences significatives.

Études / témoignages sur le TDAH

L’American Academy of Pediatrics (2013) a qualifié le Neurofeedback comme une des interventions ayant le plus d’appuis scientifiques pour le TDA/H. Dans le langage scientifique, on dit qu’il s’agit d’une intervention de niveau 1.

Reportage de  TVA:   Neurofeeback: Une bonne façon de lutter contre le TDAH?

Une jeune fille et son papa parlent de leurs expériences et des bénéfices du neurofeedback.

Ce reportage de TVA (3 mars 2017) présente de façon simple en quoi consiste le neurofeedback. On peut également y voir un  exemple de séance de neurofeedback.

http://www.tvanouvelles.ca/2017/03/03/neurofeedback-une-bonne-solution-pour-lutter-contre-le-tdah

Également, des commentaires de gens ayant fait du neurofeedback en réponse à ce reportage.

https://www.facebook.com/TVAnouvelles/posts/10155271583974095

 

Trucs et astuces sur le TDAH

Lors de la période de devoir, votre enfant bouge tout le temps sur sa chaise et même si vous lui dites de ne plus bouger, cela ne fait qu’envenimer la situation ? Savez-vous que pour un enfant souffrant de TDA /H bouger peut l’aider à se concentrer ? Laissez-le taper du pied ou achetez-lui un Tangle qu’il pourra tenir étudiant. Reconnaissez son besoin de bouger et convenez ensemble d’un moyen. C’est un truc simple qui peut très certainement faciliter la période des devoirs et réduire les conflits.

Références sur l’évaluation et le traitement du TDAH

American Psychiatric Association (2015). Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, 5e édition, Paris, Elsevier Masson.

Glind, G., Emmerik‐van Oortmerssen, V., Carpentier, P. J., Levin, F. R., Koeter, M. W., Barta, C., … & Bu, E. T. (2013). The International ADHD in Substance Use Disorders Prevalence (IASP) study: background, methods and study population. International journal of methods in psychiatric research, 22(3), 232-244.

Retour