string(17) "problematique_cle"

Retour

Surcharge cognitive et performance

Cela fait des années que vous travaillez pour la même compagnie. Avant, dans une journée normale, vous pouviez répondre à tous vos courriels, gérer plusieurs dossiers et accomplir vos tâches, et ce, tout en étant capable de retourner à la maison pour passer du temps avec vos enfants. Maintenant, dans votre journée, vous vous sentez constamment en rattrapage. Au moment où vous répondez à vos courriels, quelqu’un vous demande de l’aide. Cela vous déstabilise, car vous vous sentez pressé et vous avez de la difficulté à vous remettre dans votre tâche. Vous vous sentez désorganisé et commencez à oublier vos rendez-vous, votre mémoire semble même affectée et vous avez de la difficulté à garder votre concentration. Vos collègues peuvent même vous irriter. Maintenant, vous vous trouvez moins performant et avez besoin de plus de temps pour accomplir les mêmes tâches que vous accomplissiez auparavant. Le travail devient pour vous une source d’anxiété, car vous ne vous sentez plus à la hauteur et vous pensez que les autres l’ont remarqué. Vous vous sentez surchargé… Vous en venez même à penser que vous souffrez peut-être d’un trouble de déficit de l’attention (TDA/H). Est-ce le cas ?

Trait déficitaire de l’attention (ADT) vs TDAH

Depuis quelques années, on commence à entendre parler d’une nouvelle catégorie de symptômes qui ressemblent à ceux du TDA/H, que l’on nomme des traits déficitaires de l’attention (attention déficit traits; ADT). Alors que le TDA/H est en grande partie génétique (Khan & Faraone, 2006), les ADT sont plutôt causés par les demandes de l’environnement extérieur. De plus en plus, la société est axée sur la performance, de façon à ce que les gens doivent de plus en plus être polyvalents et accomplir plusieurs tâches au même moment. Bien que la capacité à pouvoir accorder son attention à une grande quantité de demandes autour de nous est une force en soi, les problèmes se présentent lorsque le cerveau est surchargé par toutes ces exigences. Cela fait en sorte que la personne peut commencer à ressentir une gamme de symptômes négatifs qui peuvent s’apparenter au TDA/H (voir section du site web sur le trouble déficitaire de l’attention). Avec le temps, on remarque que la personne se trouve de plus en plus dans cet état de stress de performance, si bien qu’il peut être difficile de se sortir de ce mode, et ce, même dans les moments où notre performance n’est plus autant exiger. Ainsi, une personne avec des traits déficitaires de l’attention les manifeste au travail, mais également à la maison, ce qui peut nuire à son sommeil, à sa qualité de vie, et éventuellement entraîner des problèmes potentiellement plus sérieux (Hallowell, 20005).

Symptômes des Traits déficitaires de l’attention (ADT)

Voici une liste non exhaustive des symptômes que peut vivre une personne surchargée au niveau cérébral (Hallowell, 20005) :

  1. Distractibilité accrue (i.e. forte propension à être distrait)
  2. Manque de concentration
  3. Manque d’organisation
  4. Irritabilité (i.e. se manifeste par de l’impatience envers les autres et soi-même)
  5. Difficulté à prendre des décisions
  6. Sentiment de sous-performer (i.e. peut entraîner une peur du jugement des autres)
  7. Problèmes de mémoire (i.e. oublis fréquents par exemple)

L’évaluation et le traitement de l’ADT : similaire au TDAH

À la clinique NeuroPotentia de Québec (Ste-Foy), nous débutons par effectuer une évaluation de votre situation et vos besoins. Elle nous permettra déjà de vérifier si les symptômes que vous expérimentez étaient déjà présents étant enfant puisque dans le cas d’un TDA/H, c’est presque toujours le cas. De plus, nous ferons le tour avec vous des principaux événements de votre vie, de votre histoire. Partant d’une approche globale, nous vous interrogerons aussi sur votre alimentation, votre sommeil, vos habitudes de vie, etc. à l’aide d’un questionnaire exhaustif. Ces facteurs peuvent avoir dans plusieurs cas une incidence importante au niveau de vos symptômes.

Selon ce qui ressort, nous pourrions vous suggérer également les évaluations suivantes :

  • Évaluation EEGQ : pour évaluer les dysfonctions et les zones cérébrales qui semblent perturbées et les mettre en lien avec vos difficultés cognitives. Cette l’évaluation permet d’enregistrer l’activité électrique de votre cerveau et nous pouvons voir si celle-ci pourrait s’orienter vers un profil de TDA/H par exemple.
  • Évaluation neuropsychologique (avec ou sans EEGQ) : pour établir les fonctions cognitives les plus affectées et investiguer les difficultés que vous ressentez au travail ou à la maison, etc.

À la suite de l’évaluation, nous élaborerons un plan d’intervention individualisé. Nous consulterons probablement certains de nos professionnels pour aider à notre compréhension des éléments qui peuvent être à la source de vos difficultés. Nous apporterons une attention particulière à votre cerveau.

Ce qui peut être inclus dans votre plan d’intervention :

  • Neurofeedback : puisque les traits déficitaires de l’attention, tout comme le TDAH, peuvent générer de l’anxiété ou de l’irritabilité, le neurofeedback peut être envisagé dans la mesure où il permet de donner une nouvelle perspective et de contribuer à une vision différente souvent plus positive.
  • Biofeedback (cohérence cardiaque) : on dit que la respiration est une voie d’accès vers le système biologique qui régit le stress et les fonctions du corps qui y sont associées. Ainsi, le fait d’apprendre à bien contrôler sa respiration de façon à ce qu’elle soit cohérente peut mener à une diminution du niveau d’anxiété, et potentiellement des symptômes en lien avec l’attention.
  • Thérapie cognitive comportementale : dans cette thérapie, on peut vous aider à comprendre vos pensées et vos croyances qui peuvent contribuer à votre anxiété et à vos symptômes attentionnels. Ceci vous permettra d’obtenir des stratégies pour combatte ces difficultés dans votre vie quotidienne.
  • Naturopathie :  la présence de symptômes attentionnels perturbe l’équilibre entre le corps et le cerveau. Ainsi, en agissant sur le corps, par le biais du sommeil, de l’activité physique, ou de l’alimentation, on peut favoriser un meilleur équilibre et vise une diminution des symptômes, du moins en partie.

Trucs et astuces pour l’ADT et le TDAH

Étant donné que les traits déficitaires de l’attention prennent origine dans l’environnement, il est important de modifier certains facteurs environnementaux qui peuvent augmenter l’impact de ces symptômes. Concrètement, au travail, vous pouvez (et même devriez) prendre des pauses fréquentes, soit par exemple une minute chaque demi-heure. Vous devriez prendre quelques instants pour essayer de relaxer et de bien respirer ; cela semble simpliste, mais pourtant, c’est une technique très efficace à long terme. De plus, dans la mesure du possible, le fait de vous établir une routine vous permet de mieux gérer votre horaire, de façon à ne pas vous sentir dépassé par les demandes autour de vous.

Références sur les traits déficitaires de l’attention

Hallowell, E. M. (2005). Overloaded circuits. Harvard business review, 11.

Khan, S. A., & Faraone, S. V. (2006). The genetics of ADHD: a literature review of 2005. Current psychiatry reports, 8(5), 393-397.

Retour