string(17) "problematique_cle"

Retour

Insomnie et troubles du sommeil

Évaluation du trouble du sommeil à Québec

Vous avez décidé d’aller vous coucher plus tôt pour bien dormir cette nuit. Après de longues et pénibles minutes, voire des heures, vous vous rendez compte que vous ne dormez toujours pas. Vous avez des difficultés à initier votre sommeil. Encore une fois, vous demeurez éveillé(e) et avez peur de ne pas être capable de dormir. Vous savez que le lendemain sera une journée difficile, comme à l’habitude. Vous devrez faire des efforts pour garder le sourire, tenter d’être productif au travail, mais ça demande beaucoup d’énergie, et ça, votre nuit de la veille vous en a privé.

Traitement du trouble du sommeil à Québec

Vous vous êtes endormi(e) dans votre lit, sans trop de problèmes, car vous étiez très fatigué(e) suite à votre journée de travail. En plein milieu de la nuit, sans raison apparente, vos yeux s’ouvrent et vous n’arrivez plus à vous endormir. Vous tournez sur vous-même, essayez de faire le vide dans votre esprit, mais la seule chose dont vous êtes capable de penser est que vous êtes réveillé(e) et que ça vous fâche ; ce n’est pas la première fois que ça vous arrive. Depuis un certain temps, vous avez de la difficulté à maintenir votre sommeil. Vous vous levez, vaquez à vos occupations, en plein milieu de la nuit, et retournez vous coucher éventuellement. Le lendemain matin, vous êtes brûlé, videz de votre énergie.

Avant de vous endormir, vous avez mis une alarme sur votre cadran pour aller au travail. Quelques minutes, voire des heures, avant votre alarme, vous vous réveillez, incapable de vous rendormir. Vous essayez et réessayez, sans succès. Vous savez que vous n’avez pas le choix de vous lever, car vous ne serez pas en mesure de vous rendormir. Malgré vous, vous vous habillez pour commencer votre journée, mais votre tête est ailleurs. Vous êtes fatigué(e) par ce manque de sommeil, mais surtout, vous êtes tanné(e) d’avoir de la difficulté à terminer votre nuit de sommeil.

Durant la journée, vous ressentez beaucoup de difficulté à rester concentré(e) à votre travail. Vous vous sentez somnolent(e), irrité(e) par peu, ou même angoissé(e) à l’idée que vous aurez une nuit semblable au terme de votre journée. Pour vous, vos difficultés de sommeil ont des impacts non négligeables dans plusieurs sphères de votre vie. Vous voulez recevoir de l’aide. Vous n’êtes plus capable d’endurer vos problèmes de sommeil…

Clinique d’aide du trouble du sommeil à Québec

Environ 25% des gens ne sont pas satisfaits de leur sommeil. D’ailleurs, près de 30% de la population rapporte des symptômes d’insomnie alors qu’environ 10% satisfont les critères d’un syndrome d’insomnie, tels que diagnostiqués par un médecin et/ou un psychologue (Morin et al., 2006).  L’insomnie est le trouble du sommeil le plus prévalent et cause beaucoup de problèmes aux personnes qui en souffrent, dont un sentiment de fatigue pendant la journée, de la détresse psychologique, de l’inconfort physique ainsi qu’une diminution de la performance cognitive (Fortier-Brochu et al., 2012).  Parmi les difficultés de sommeil rapportées, on peut dénoter une difficulté à initier le sommeil (insomnie initiale), à le maintenir (insomnie de maintien) ou bien à se rendormir après un éveil matinal précoce (insomnie terminale) (APA, 2013).

Il existe deux grands types d’insomnie, dans lesquels vous pourrez peut-être vous reconnaître. L’insomnie psychophysiologique représente les difficultés de sommeil telles que décrites plus haut, soit le fait d’avoir des problèmes dans l’initiation, le maintien et/ou la terminaison de la nuit de sommeil. Dans les études scientifiques, il est généralement reconnu que des stimuli environnementaux reliés au sommeil, par exemple, la chambre à coucher soit associés à de l’anxiété et de l’appréhension à l’idée de ne pas être capable de s’endormir. Ces préoccupations font augmenter le niveau de vigilance, ce qui contribue à exacerber les difficultés de sommeil (Hauri & Fisher, 1985). L’insomnie paradoxale, quant à elle, est une plainte d’insomnie qui se produit de façon générale sans preuve objective de perturbation de sommeil. Autrement dit, la personne qui en souffre a l’impression de ne pas dormir, alors qu’en réalité, elle aurait dormi une nuit complète. Ces personnes éprouvent davantage de difficulté à estimer correctement leur sommeil, et vont donc vivre des conséquences dues au manque de sommeil, même s’ils ne manquent pas de sommeil en réalité (Edinger & Fins, 1995; Salin-Pascual et al., 1992). Il est important de noter qu’un manque de sommeil chronique entraîne très souvent un changement au niveau de nos perceptions des choses, des événements et nous rend plus émotifs ou irritables. L’impact d’un manque de sommeil est majeur sur nos humeurs et il est important d’y voir.

Chez NeuroPotentia, nous pouvons vous offrir une évaluation dans le but de mieux comprendre les causes de vos difficultés de sommeil et les conséquences de celles-ci. Notre évaluation comporte les options suivantes :

  • Compréhension de l’origine de l’insomnie et de ses manifestations
  • Évaluation des comportements et des pensées liées au sommeil qui peuvent contribuer à maintenir les difficultés
  • Évaluation de l’activité cérébrale (Évaluation EEGQ) pour comprendre la propension à l’insomnie
  • Évaluation de l’hygiène de vie incluant l’alimentation

Le but de l’évaluation est d’établir un plan d’intervention pour aider à rétablir un bon sommeil.

Le plan d’intervention proposé sera individualisé selon votre situation. Voici certaines interventions qu’il pourrait contenir :

  • Thérapie comportementale cognitive : elle vise à comprendre ce qui nuit ou aide au sommeil et fournit des outils simples à mettre en place pour des effets durables. Cette thérapie, selon les études, serait au moins aussi efficace que la médication à court terme et plus efficace à long terme (Morin et al. 2009 et Smith et al. 2002)
  • Neurofeedback : un système nerveux central trop activé peut nuire au sommeil. Par un entraînement cérébral, il est possible d’apporter un état de calme intérieur favorisant un meilleur sommeil.
  • Cohérence cardiaque (biofeedback) : prouvée pour réduire l’anxiété, tout comme le neurofeedback, elle peut générer un état de calme par une respiration abdominale lente et profonde.
  • Améliorer l’hygiène de vie : votre alimentation, votre routine, ce qui compose votre journée, le niveau d’exercice physique, vos heures de lever et coucher sont des exemples de facteurs qui peuvent avoir une grande incidence sur la qualité de votre sommeil. Un mode de vie sain favorise le sommeil.

Trucs et astuces sur les troubles du sommeil et l’insomnie

Plusieurs d’entre vous ont parfois l’habitude de vouloir prendre un bain chaud et de boire une bonne tisane avant de vous endormir, en vous disant que la chaleur est réconfortante. Pourtant, la chaleur accélère votre métabolisme et vous stimule, ce qui augmente votre risque de demeurer éveillé. Ainsi, bien que ce soit peut-être moins agréable et moins réconfortant, il peut être pertinent de prendre un bain un peu moins chaud, voire même un peu frisquet, et de siroter un bon verre d’eau froide.

Références sur l’insomnie et le sommeil

American Psychiatric Association. (2013). DSM 5. American Psychiatric Association.

Edinger, J. D., & Fins, A. I. (1995). The distribution and clinical significance of sleep time misperceptions among insomniacs. Sleep, 18(4), 232-239.

Fortier-Brochu, É., Beaulieu-Bonneau, S., Ivers, H., & Morin, C. M. (2012). Insomnia and daytime cognitive performance: a meta-analysis. Sleep medicine reviews, 16(1), 83-94.

Hauri, P., & Fisher, J. (1985). Persistent psychophysiologic (learned) insomnia. Sleep, 9(1), 38-53.

Morin, C. M., LeBlanc, M., Daley, M., Gregoire, J. P., & Merette, C. (2006). Epidemiology of insomnia: prevalence, self-help treatments, consultations, and determinants of help-seeking behaviors. Sleep medicine, 7(2), 123-130.

Salin-Pascual, R. J., Jimenez-Anguiano, A., Granados-Fuentes, D., & Drucker-Colin, R. (1992). Effects of biperiden on sleep at baseline and after 72 h of REM sleep deprivation in the cat. Psychopharmacology, 106(4), 540-542.

Retour