string(17) "problematique_cle"

Retour

Difficultés chez l’enfant : TDAH, anxiété et autre

Vous faites les devoirs avec votre enfant, comme à tous les soirs. Vous vous impliquez pour l’aider à avoir des bonnes notes à l’école, et ce, même si vous avez eu une grosse journée au travail. Alors que vous tentez d’aider votre enfant, celui-ci fait semblant de ne pas vous écouter. Vous l’avertissez gentiment et lui expliquez que c’est important pour lui de comprendre et de bien écouter. Malgré tout, il continue… Vous vous sentez très irrité(e). Peu importe ce que vous faites, rien ne semble aider. Et c’est à chaque fois, la même histoire qui se répète.

Vous préparez le souper pour votre enfant. Il décide qu’il ne veut pas le manger et s’agite sur sa chaise. Vous l’invitez doucement à prendre une bouchée en lui expliquant qu’il ne peut pas manger du spaghetti, son repas préféré, chaque soir. Votre enfant vous regarde et pousse son assiette par terre. Il frappe sur la table et pousse des cris. Vous essayez de le prendre dans vos bras pour le calmer, mais il frappe partout autour de lui. Vous ne savez plus quoi faire… Vous êtes à la fois fâché (e), découragé (e) et bien que vous retournez dans votre tête sans cesse la question « qu’est-ce que je pourrais faire de différent pour que les crises diminuent ?», vous ne trouvez aucune réponse. Vous voulez de l’aide, mais ne savez pas à qui vous adresser…

Les enfants vivant avec le TDAH, l’anxiété ou autre difficulté

Dans le domaine de la psychologie, on peut avoir tendance à penser que l’emphase est mise sur le diagnostic. On entend souvent qu’un enfant est diagnostiqué d’un TDAH, d’un trouble lié à l’anxiété, ou encore d’un trouble de l’opposition. Par contre, il peut arriver que des difficultés se présentent, et ce, sans la présence d’un diagnostic. Dans ces cas, il est tout aussi pertinent de porter une attention particulière à la situation problématique, car ces difficultés veulent souvent dire quelque chose ; elles ont une signification, et sont très souvent considérées comme étant les symptômes d’un aspect que l’enfant n’est pas capable de verbaliser.

On distingue généralement trois types de difficultés qui peuvent expliquer ce que l’enfant peut vivre. Premièrement, il est possible que l’enfant vive des problèmes qui lui sont propres. Par exemple, le TDAH est en grande partie héréditaire (Khan & Faraone, 2006), ainsi, il se peut que votre enfant présente certains symptômes d’inattention ou d’hyperactivité qui ont une base biologique. Ou encore, de naissance, votre enfant peut également avoir un tempérament plus anxieux ou il peut être plus sensible. Deuxièmement, il se peut que votre enfant aille vécu certaines situations qui sont problématiques pour lui. Par exemple, il se peut qu’il aille vécu de l’intimidation, qu’il se fasse critiquer par les autres, qu’il aille vécu un trauma, etc. Dans un cas comme celui-ci, les difficultés de votre enfant peuvent apparaître en réaction à ces événements (Green et al., 1991). Troisièmement, les parents ont une influence importante sur leur enfant. Ainsi, si vous vivez des difficultés personnelles ou professionnelles comme du stress ou des conflits avec votre conjoint, il est très possible que votre enfant le ressente. On dit donc que l’enfant peut développer des difficultés dans l’interaction entre des caractéristiques qui lui sont propres (ex : hypersensibilité de votre enfant) et des éléments qui lui sont extérieurs (ex : problème dans votre couple) (Wahler, 1997).

Dans tous les cas, il est important pour vous de savoir que vous avez une grande influence sur votre enfant. Un enfant est comme une éponge. En effet, il ressent souvent ce que le parent vit, car le lien de connexion est grand à cet âge. Il agit aussi souvent comme un miroir. À travers ses comportements, il est souvent porteur d’un message (Hembree-Kigin & McNeil, 2013). Par exemple, il n’est pas rare de constater que lorsque vous êtes énervé, votre enfant le devient aussi. Reconnaître votre impact est à la fois une responsabilité, mais également une merveilleuse opportunité, car vous êtes moins impuissant devant sa souffrance que vous ne le croyez. Ainsi, en plus d’apporter de l’aide directement à votre enfant (ex. psychologue, psychoéducatrice, orthopédagogue, etc.), vous pouvez agir sur vous ou sur votre dynamique avec lui. Puisque la famille peut être vu comme un système, les changements chez un membre de la famille vont généralement avoir un impact sur les autres membres. Vous disposez maintenant de plusieurs options pour créer les changements désirez. Un professionnel pourra vous guider vers l’option à choisir en tenant compte de votre situation.

Symptômes possibles chez les enfants (TDAH, anxiété ou autre)

Voici une liste non exhaustive et très générale des symptômes ou des comportements que votre enfant peut manifester :

  1. Comportement d’opposition (ex : cris, coups de pied, etc.)
  2. Crises (ex : colère, tristesse, etc.)
  3. Bouleversements de l’humeur (ex : tristesse, anxiété, etc.)
  4. Etc.

De plus, voici des exemples de sentiments ou de comportements que vous-même pouvez manifester en réaction aux difficultés de votre enfant :

  1. Sentiment de ne pas être à la hauteur, d’être un « mauvais » parent
  2. Frustration ou irritation (i.e. envers votre enfant, ou même envers vous)
  3. Tristesse (i.e. lié au fait que vous pouvez vous sentir coupable)
  4. Etc.

L’approche de la clinique pour aider les enfants et la famille

Chez NeuroPotentia, la première étape consiste à bien évaluer la situation de votre enfant et de votre famille, ainsi que vos besoins. Voici les étapes du processus d’évaluation :

  1. Sachant que l’évaluation doit être rigoureuse de façon à bien connaître votre situation, vous aurez un questionnaire exhaustif à remplir préalablement à la première séance. Ceci nous permettra, lors de notre rencontre d’évaluation, de cibler un peu plus les aspects importants et/ou problématiques. Comme notre approche est globale, nous évaluerons différents aspects, allant des habitudes de vie, à la santé psychologique et physique. Nous voulons nous assurer que les éléments importants ont été tenus en compte.
  2. Rencontre d’évaluation d’une durée d’environ 1h30 avec notre psychologue ou notre psychoéducatrice dans le but de bien comprendre les enjeux et vos besoins. La rencontre peut être faite avec vous seulement ou avec votre enfant selon le cas.
  3. Analyse et concertation avec d’autres professionnels de la clinique au besoin afin d’établir un plan d’intervention
  4. Rencontre pour vous présenter le plan d’intervention et l’ajuster au besoin.

Le plan d’intervention pourra cibler des rencontres avec l’enfant seul, avec le parent seul ou avec plusieurs membres de la famille :

  • Rencontre avec votre enfant : pour aider votre enfant à comprendre un peu mieux l’impact des difficultés et l’outiller pour lui permettre de mieux réguler ses émotions et de travailler sur les aspects de lui-même qui sont plus problématiques. Ceci lui permettra d’obtenir des stratégies à long terme pour combattre ces difficultés dans la vie quotidienne. Ces rencontres ont lieu soit avec la psychoéducatrice ou la psychologue.
  • Coaching parental : pour vous aider à comprendre les besoins de votre enfant et être plus en mesure de lui apporter le soutien dont il a besoin. Par le fait même, on vise à favoriser une relation plus harmonieuse entre vous et votre enfant. Pour bien prendre en compte la dynamique familiale, des rencontres peuvent avoir lieu au domicile. Ces rencontres sont faites par notre psychoéducatrice.
  • Soutien au parent : pour vous aider à faire face aux émotions en avec votre enfant ou aux événements qui vous affectent et qui peuvent avoir un impact sur la relation avec votre enfant. Ces rencontres peuvent être faites avec notre psychologue ou notre psychoéducatrice.
  • Autres ressources au besoin : rencontres avec la naturopathe si des enjeux liés aux habitudes de vie, au sommeil, à l’alimentation ont été identifiés. Rencontres en neurofeedback au besoin, surtout lorsqu’il y a présence d’anxiété, difficulté à gérer ses émotions, rigidité.

Trucs et astuces pour les parents

Les difficultés de votre enfant peuvent prendre plusieurs formes. Ainsi, pour tenter de mieux gérer la situation, il peut être très pertinent pour vous d’établir une routine pour votre enfant. La routine peut être un élément sécurisant pour l’enfant, car elle lui permet de savoir à quoi s’attendre. Il importe de savoir qu’un enfant peut facilement être déconcerté par les éléments nouveaux ou non prévus qui arrivent dans sa vie, vous l’avez peut-être vous-même remarqué à quelques reprises. Ainsi, pour ne pas trop être bousculé, un horaire stable et régulier peut être conseillé autant que faire se peut.

Références sur les difficultés chez les enfants (TDAH, anxiété et autre)

Green, B. L., Korol, M., Grace, M. C., Vary, M. G., Leonard, A. C., Gleser, G. C., & Smitson-Cohen, S. (1991). Children and disaster: Age, gender, and parental effects on PTSD symptoms. Journal of the American Academy of Child & Adolescent Psychiatry, 30(6), 945-951.

Hembree-Kigin, T. L., & McNeil, C. (2013). Parent—child interaction therapy. Springer Science & Business Media.

Khan, S. A., & Faraone, S. V. (2006). The genetics of ADHD: a literature review of 2005. Current psychiatry reports, 8(5), 393-397.

Wahler, R. G. (1997). On the origins of children’s compliance and opposition: Family context, reinforcement, and rules. Journal of child and Family Studies, 6(2), 191-208.

Retour